Économie

Entre l’investissement locatif et l’investissement en SCPI, quelle option choisir ?

Choisir SCPI et investissement locatif
Avatar
Rédigé par La rédaction

Qu’il s’agisse de choisir entre l’investissement locatif ou la SCPI (Société Civile de Placement immobilier), il s’avère judicieux de prendre en compte un certain nombre d’éléments importants.

Tout comme l’achat d’un bien immobilier dans le but de le louer, investir sur le marché immobilier en parts de SCPI offre des avantages et des inconvénients.

Les atouts et les limites de ces options d’investissement immobilier peuvent varier selon le profil de l’épargnant et de ses objectifs patrimoniaux et financiers.

Afin de choisir la meilleure solution entre l’investissement locatif et l’investissement en SCPI, il est nécessaire de comparer leurs avantages ainsi que leurs risques.

Le budget minimal pour choisir entre investir en immobilier locatif et dans une SCPI

L’immobilier est perçu comme un placement sécurisé qui offre de bons rendements. En général, investir dans une SCPI requiert une somme de départ relativement plus faible qu’un investissement locatif. En moyenne, une part de SCPI a une valeur comprise entre 1 500 et 3 000 euros.

Avec un ticket d’entrée moins élevé, il est alors possible d’investir dans un parc immobilier diversifié afin d’en tirer un revenu régulier, immédiat ou futur.

C’est le principal avantage des SCPI par rapport à l’investissement locatif. Celui-ci nécessite souvent un budget dix ou vingt fois plus important pour acquérir un appartement dans le but de le louer.

Il est toutefois conseillé d’investir au moins 7 500 euros dans une société civile immobilière. Ce montant reste dans tous les cas bien inférieur au montant minimal à débourser pour l’acquisition d’un bien immobilier.

Aussi, l’achat d’un appartement ou d’une maison implique le plus souvent un emprunt bancaire. S’il faut choisir entre SCPI et investissement locatif, tout en prenant en compte le budget pour se lancer, nombreux seront les épargnants qui préféreront investir dans une SCPI.

Entre l’investissement locatif et l’investissement en SCPI, lequel choisir pour une meilleure rentabilité ?

Acheter directement un appartement à fort potentiel pour le louer peut permettre de faire un bon rendement sur le marché de location. Toutefois, il faudra dans ce cas que le bailleur accorde le temps nécessaire à la recherche et à la rénovation du bien immobilier.

Dans le meilleur des cas, la rentabilité d’un investissement locatif peut atteindre jusqu’à 7% par an. Une gestion immobilière minutieuse et assez chronophage reste cependant nécessaire.

Quant aux SCPI, elles offrent un rendement plus régulier et un peu plus modeste. Cela se justifie particulièrement par le fait de l’absence de vacance locative. Les frais de gestion facturés par les SCPI sont compris entre 9 et 12% par an selon les cas.

Aussi, l’épargnant est libéré des contraintes de gestion administrative. En se basant sur le critère de la rentabilité pour choisir entre l’investissement en SCPI et l’investissement locatif, aucun épargnant n’hésitera à investir dans l’immobilier avec des parts de SCPI.

La fiscalité pour une SCPI et un investissement locatif

Pour choisir entre l’investissement en SCPI et l’investissement locatif, il est important de tenir aussi compte de la fiscalité applicable à chacune de ces deux solutions.

La fiscalité pour investir dans une SCPI

Les sociétés civiles de placement immobilier misent sur le respect du principe de la transparence fiscale. Elles ne payent pas donc elles-mêmes un impôt sur les loyers perçus. Seuls les détenteurs de parts sont soumis à l’imposition.

Au revenu global de l’épargnant, s’ajoutent les revenus tirés d’une SCPI, qui sont donc taxés à son taux de marge d’imposition. Il s’agit alors d’un support qui présente moins de possibilités d’optimisation fiscale.

La fiscalité de l’investissement immobilier locatif

Par contre, l’achat d’un appartement ou d’une maison en direct pour le louer reste propice à l’optimisation de la fiscalité. Les dispositifs de défiscalisation immobilière dans le neuf permettent en effet de bénéficier d’une réduction globale de l’impôt sur le revenu.

Parmi ces dispositifs permettant d’optimiser son niveau d’imposition avec un investissement locatif, figurent entre autres :

  • La loi Pinel,
  • Le dispositif Denormandie,
  • La loi de Malraux.

En outre, lorsque l’épargnant investit dans un logement meublé dans le but de le mettre en location, il peut bénéficier du régime LMNP (Loueur Meublé Non Professionnel).

Ce dernier lui permet également de réduire considérablement ou même de supprimer son imposition sur les loyers qu’il perçoit. Vous pouvez cliquer ici pour découvrir les conditions requises selon la loi Pinel pour bénéficier d’une réduction d’impôt.

Lorsqu’un investisseur déclare ses loyers perçus, il pourra déduire ses différentes charges de ses revenus locatifs (frais de gestion, travaux, intérêt de son crédit, etc.).

En prenant en compte le plan fiscal pour choisir entre l’investissement locatif et la SCPI, c’est l’immobilier locatif qui gagne cette fois-ci le match.

Le niveau de risque de l’achat d’un bien immobilier en direct et de la souscription de parts de SCPI

Généralement, une SCPI séduit plus les épargnants très attentifs à la notion de risque qu’un investissement locatif en direct.

En effet, acheter des parts dans une Société Civile de Placement Immobilier offre une mutualisation des risques (une vacance locative ou un locataire mauvais payeur).

Ce sont des risques qui peuvent présenter un impact négligeable sur la performance globale de la SCPI. Par contre, la même situation peut être très problématique en cas d’un investissement locatif. Cette page permet d’en apprendre sur les différentes formes et les différents types de SCPI.

Les sociétés civiles immobilières ne sont cependant pas dénuées elles-mêmes de risque. Largement investis en immobilier d’entreprise, les portefeuilles des SCPI restent sensibles à la conjoncture économique. La valeur des parts peut ainsi subir une diminution.

En outre, investir dans une SCPI nécessite un paiement de frais d’entrée considérables, qui s’élèvent généralement à 8 et 10% de la valeur des parts. C’est pour cela que l’épargnant ne dégage une rentabilité effective qu’au bout de 2 à 3 ans de détention de ses parts.

En se basant sur les informations de cet article, toute personne souhaitant investir en immobilier devrait savoir désormais quoi choisir entre la SCPI et l’investissement locatif pour en tirer le meilleur parti.

A propos

Avatar

La rédaction

Chez Le Capital, nous sommes une équipe de blogueurs passionnés d'économie et de finance. Nous vous concoctons chaque semaine des billets de blog sur l'économie, la bourse, l'assurance, la banque et le crédit. N'hésitez pas à nous poser vos questions en commentaire !

Laissez un commentaire