Assurance

Comment fonctionne une assurance-vie ?

assurance vie
Avatar
Rédigé par La rédaction

Placement préféré des Français, l’assurance-vie est connue pour être un investissement sûr à la fiscalité avantageuse. Ainsi, quel que soit votre profil d’épargnant et votre projet, il s’agit d’une option intéressante pour valoriser votre épargne. Mais savez-vous comment ça marche réellement ? Découvrez dans la suite, le fonctionnement de ce produit d’épargne et de prévoyance.

Qu’est-ce qu’une assurance-vie ?

L’assurance-vie est une convention permettant à une personne (l’assuré) d’épargner une somme d’argent auprès d’un organisme (l’assureur) dans le but de le transmettre à une ou plusieurs personnes (le ou les bénéficiaires) en cas de survenue d’un évènement particulier lié à l’assuré comme son décès, par exemple.

Dans le contrat d’assurance-vie, l’assuré verse son épargne à l’assureur pour une certaine durée sous forme de primes. Elles constituent des intérêts qui seront par la suite imposables lors du retrait. L’assureur quant’ à lui, s’oblige à reverser l’épargne sous forme de capital ou de rente à l’assuré s’il en fait la demande (assurance en cas de vie) ou à la reverser au(x) bénéficiaire(s) si l’assuré venait à décéder (assurance en cas de décès).

Notez que celui qui souscrit au contrat n’est pas nécessairement l’assuré. Tandis que c’est sur le souscripteur que reposent les cotisations, c’est sur l’assuré que repose l’aléa. Dans ce cas précis, le bénéficiaire de l’assurance-vie est désigné par le souscripteur, et non pas par l’assuré.

Pourquoi souscrire à un contrat d’assurance vie ?

Ce type de placement vous permet d’épargner à moyen ou long terme. En effet, ce contrat préserve les fonds et les valorise sous forme d’intérêts. Cela vous aide à bâtir un capital financier, à vous constituer des revenus supplémentaires à vie ou encore à investir votre épargne avec une fiscalité très avantageuse (plus de détails sur Magazine-Assurance).

De plus, il ne s’agit pas d’un produit d’épargne bloqué. Les sommes versées restent disponibles à tout moment, sans pénalité, quel que soit votre âge ou l’ancienneté de votre contrat. L’assurance vie est également souvent souscrite pour préparer sa retraite, un projet entrepreneurial ou immobilier, en raison de sa grande souplesse et de ses nombreux avantages fiscaux.

C’est aussi un outil de transmission de patrimoine plus avantageux que la simple transmission successorale qui permet de protéger l’avenir de vos proches. En cas de décès, les sommes déposées sont transmises aux bénéficiaires désignés.

Approvisionnement et frais liés à l’assurance-vie

À l’ouverture du contrat, un versement initial doit être effectué : c’est le capital de départ de l’épargnant. Par la suite, le souscripteur devra approvisionner son contrat d’assurance-vie avec :

  • soit des versements libres : il choisit le montant et la date du versement. Toutefois, certains contrats peuvent prévoir un montant minimal de dépôt ;
  • soit des versements périodiques : il s’engage à faire des versements réguliers en fonction des conditions prévues au contrat (périodicité et montant) ;
  • soit un versement unique : un seul versement est effectué, et ce, lors de la souscription du contrat (possible seulement avec certains contrats).

Par ailleurs, l’assureur peut vous appliquer des frais sur votre contrat. Il peut s’agir de :

  • frais de dossier facturés lors de la souscription ;
  • frais d’entrée sur l’assurance-vie, souvent payés à chaque versement ;
  • frais de gestion, prélevés tout au long du contrat ;
  • frais d’arbitrage, facturés lors des transferts réalisés entre deux supports.

Assurance-vie : choix, souscription et fin

Vous pouvez accéder à ce placement soit auprès des banques, des compagnies d’assurances, des mutuelles et même sur des sites internet spécialisés. La souscription pourra donc se faire suivant les modalités d’ouverture de contrat, en agence, par téléphone ou en ligne.

Mais comment choisir entre la diversité de produits existants : les contrats d’assurance-vie Euro-croissance, sur mesure, à revenus garantis ou avec participation aux bénéfices différés, les fonds euros, les unités de compte, les SCPI, … ? Pour ce faire, vous devez prendre en compte plusieurs critères, notamment :

  • les frais du contrat ;
  • le montant des versements minimum ;
  • le profil de risque de l’assuré ;
  • le taux de rendement, etc.

Enfin, vous pouvez décider de mettre fin au contrat en procédant à son rachat partiel ou total afin de récupérer votre capital. Mais sachez qu’en général, il n’est prévu aucune durée au contrat d’assurance-vie. Celui-ci peut simplement prendre fin au décès de l’assuré, le capital étant alors reversé aux bénéficiaires désignés.

A propos

Avatar

La rédaction

Chez Le Capital, nous sommes une équipe de blogueurs passionnés d'économie et de finance. Nous vous concoctons chaque semaine des billets de blog sur l'économie, la bourse, l'assurance, la banque et le crédit. N'hésitez pas à nous poser vos questions en commentaire !

Laissez un commentaire